La circulation des marchandises au début du XVIIIe siècle. Source : La géographie des systèmes de transport. Hofstra University, Hamstead, NY, Etats-Unis.

Routes maritimes

 

Au début du XVIIIe siècle, le commerce colonial de l’Atlantique nord s’appuie sur un réseau de routes qui intègre les conditions économiques locales des différents continents, mais aussi les vents et les courants marins.

C’est au XVe siècle que cette carte des courants et des vents est connue, après les voyages des explorateurs.

Les bateaux à voile sont contraints de respecter les règles naturelles du vortex créé par les vents, au milieu de l’océan.

(notes de “La géographie des systèmes de transport”, programme du département de Géographie et des Etudes globales de l’Université de Hofstra, Hempstead, NY, dirigé par Jean-Paul Rodrigue)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s