Les destins se croisent

Iles du Salut, au large de Kourou

Les îles du Salut, au large de Kourou. © Patrick Hertzog.

Depuis quelques jours, la recherche de détails sur les origines des familles Horth et Vernet en Guyane s’est intensifiée. Les questions de la part des membres des familles se teintent d’une once d’inquiétude voire d’anxiété car les documents officiels semblent se dérober.

«Alors, on ne saura jamais ?»

C’est une possibilité.

Mais en attendant le point final -s’il existe-, il reste quelques belles déductions.

Jean, le soldat de Mayence

Côté Vernet, il s’agit de comprendre ce que Jean Vern, Verne, Vernon, Vernet qui comparaît, à 17 ans, devant la cour militaire de Cayenne en novembre 1752, fait en Guyane française.

Jean est originaire de Mayence, dans le Palatinat.

Par quel subterfuge, est-il à Cayenne ? Et dans quelles troupes ?

D’après les registres du personnel ancien de la colonie de Guyane que l’on retrouve sur le site des Archives nationales de l’Outre-mer, il semble que deux types de troupes aient cohabité à Cayenne : des troupes dites «nationales» et des compagnies franches de la Marine.

Ces dernières ont été fondées sous Richelieu. Ce sont des soldats servant dans la Marine de guerre, autrefois chargés de protéger le littoral français et les colonies, et qui se sont implantés comme troupes de garnison en Guyane, dans les Caraïbes, et en Amérique du Nord.

En compulsant l’ouvrage de Pierre Thibaudault, Échec de la démesure en Guyane : autour de l’expédition de Kourou, une tentative européenne de réforme des conceptions coloniales sous Choiseul, on apprend qu’il y a trois compagnies de militaires en 1750, réparties dans trois paroisses : Cayenne, Roura et Macouria.

Ces compagnies sont indépendantes, commandés par des officiers issus de famille aisées ou nobles : Jacques-Alexandre d’Audiffredy, cadet de marine à Rochefort, est de ceux-là. Il semble que sa compagnie soit installée depuis un petit moment. Né sur l’île d’Oléron (la famille est originaire de Provence), l’officier décède en 1776 à Cayenne.

En 1755, il y a 10 compagnies dans la place. Ce renfort s’observe également dans les autres implantations Caraïbes et Amérique du Nord (la guerre de Sept-Ans est sur le point d’éclater).

Mais curieusement, alors qu’au Québec, les historiens militaires décrivent l’état des soldats comme avantageux, insistant sur le fait qu’ils sont bien nourris, bien habillés, bien payés, Pierre Thibaudault fait une description presque apocalyptique de la situation des militaires, mal payés, allant nus pieds dans les rues de Cayenne, crevant de faim (les colons sont tenus de les nourrir), et prêts à toutes les rapines.

Antoine le charpentier

Antoine est un personnage très intrigant.

En collectant plusieurs informations, nous avons compris qu’Antoine Horth a fait le trajet du Palatinat en 1763, et s’est retrouvé en Saintonge en train d’attendre désespérément un embarquement.

Il a 20 ans, et il est donc mineur, selon la loi française qui fixe la majorité à 25 ans à cette époque-là. Or, les mineurs ne peuvent participer à l’expédition coloniale que s’ils disposent de l’autorisation parentale.

Antoine est-il né dans une région où le droit germanique s’applique (Speyer ou Mackern) ? Alors, il est majeur (14 à 18 ans, selon la maturité).

En tout cas, nos recherches ont avancé : Antoine n’est pas marié avec Catherine Thomas, veuve Thergauvre, en Saintonge. Le deuxième mari de Catherine, le maçon Magnus Heister est décédé à St Jean-d’Angély, le 5 décembre 1763.

En revanche, selon les listes établies par Pierre Thibaudault, Catherine et son fils Antoine, âgé de 10 ans,  ainsi que Antoine Hor(d)e embarquent le même jour pour la Guyane. Chacun porte son nom de famille.

A nous d’imaginer à quel moment le couple se forme entre Rochefort, les îles du Salut et Malmanoury.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s