Philippe Medan, généalogiste, en quête de liens

Les liens entre Philippe Medan et la famille Horth et Becker.

Les liens entre Philippe Medan et la famille Horth et Becker.

Une nuit très tard, ou n’était-ce pas plutôt un matin très tôt, un message s’inscrit sur l’écran de mon ordinateur, avec pour origine le site Généanet. Un membre (il faut s’inscrire), Philippe Medan, conteste le nom de Vernet-Horth affublé au prénom de Joseph, et pose des questions. Les réponses tardent mais la conversation engagée via internet va se développer, ponctuée d’émoticônes, de liens vers d’autres sites, de rappel à la précision, et en haut de page, sur le coin droit, s’inscrivent des heures indues où les braves gens dorment depuis longtemps. Quelques centaines d’actes d’état-civil guyanais plus tard, il est temps de lier connaissance.

Philippe Medan n’est pas à la retraite. Agé de 50 ans, il a vendu son commerce il n’y a pas longtemps, et a profité de son temps libre pour faire des recherches sur sa famille avant de tomber dans la marmite de la «généalogie». Il a entrepris d’intégrer tous les actes d’état-civil de Guyane disponibles en ligne, sous la forme d’arbres généalogiques disponibles sur le site de Généanet. S’il réside aujourd’hui à une distance raisonnable de Paris, dans l’est de la France, cela n’a pas toujours été le cas.

Pour quelles raisons avez-vous entrepris de relever tous les actes d’état-civil des communes guyanaises  ?

Au départ, la généalogie ne m’intéressait pas spécialement. Je recherchais plutôt des traces de vie de mes ancêtres, et l’origine de mon métissage. Il me semble que nous connaissons à peine nos grands-parents. Je pose des questions à mon père et à ses sœurs depuis des années, et chacun y va de son anecdote, et au final tous se contredisent, et rien de sérieux n’en sort. Il y a 10 mois, j’ai eu du temps libre, et j’ai commandé par internet l’acte de mariage de mes grands parents paternels où il est indiqué que «Antoine Medan, né à Cayenne épouse Jeanne Beckert Laudernet, née à Sinnamary» J’ai toujours su qu’il existait une cité Medan, un pont Medan dénommé à ce jour, et une Rue du lieutenant Becker. Ensuite, je tombe sur un article intitulé Une ascendance guyanaise, Horth et Laudernet, publié dans le bulletin n°89 de Généalogie et d’histoire de la Caraïbe. Je m’aperçois que Sinnamary est un village, et qu’il va être aisé de relever tous les actes d’état-civil, car au final presque toutes les familles sont alliées, et dans chaque acte je peux y retrouver des ancêtres et y voir leur évolution. Avec les mariages, la famille s’associe aux familles Bassieres, Beausite, Galliot, Kerbec, Demangue de Cayenne pour ne citer que celles-là. J’ai ainsi découvert le monde de la généalogie qui m’était totalement inconnu.

Comment avez-vous abordé ce travail  ?

J’ai relevé surtout les actes de Sinnamary et d’Iracoubo qui me paraissent le point de départ de mes recherches, puis si certaines familles migrent je les suis à Macouria, Mana, Kourou, etc… Vous vous aidez d’un logiciel ? J’ai d’abord ouvert un dossier Excel sur mon PC et grâce au site des Archives nationales de l’outre-mer, j’ai commencé à créer des tableaux de mes ascendants, puis j’ai transféré le tout sur le site de Généanet qui me semble très performant.

Pas trop difficile de lire les actes d’état-civil sur un écran d’ordinateur  ?

J’ai un PC avec grand écran, et la loupe fonctionne bien pour les détails.

Vous passez du temps devant votre écran, comment vous vous organisez  ?

Je n’ai aucun horaire précis. J’intègre les actes au fur et à mesure dans le logiciel du site, surtout ceux qui ont un lien avec d’autres actes déjà répertoriés. J’ai honte de vous dire que j’y ai déjà passé parfois douze heures d’affilée. J’en profite pour lire des livres en ligne sur les sites Manioc et Gallica concernant les déportés de la Révolution, le bagne, l’esclavage, l’expédition de Kourou, les Acadiens en Guyane, la ruée vers l’or, etc. Ayant vendu mon commerce il y a un an, j’ai eu le temps de mettre le doigt dans un engrenage qui me passionne et qui rend vraiment «addict».

Au jour d’aujourd’hui combien d’actes avez-vous enregistrés  ?
Environ 13 000. Le problème est lorsqu’une nouvelle personne apparaît, je recherche aussi ses origines, sa fratrie, les époux, les épouses, leurs enfants, et au final, cela fait beaucoup de monde.

Parmi tous ces actes, quels sont ceux qui vous ont marqué, qui vous ont ému ou qui vous ont fait rire  ?

Je suis ému lorsque je lis que l’esclave future épouse aura son acte d’affranchissement à l’issue de la cérémonie…Je suis choqué lorsque l’on affuble à certains esclaves des patronymes issus d’anagrammes de maîtres, de lieux, ou de prénom : Carnod esclave de Conrad, Abotmon de l’habitation Montabo, Victor devient Torvic, Dagmeleine pour Magdeleine. Je suis surpris lorsque mon ancêtre Thérèse Aniro, qui, au gré des affranchissements, donne naissance à Magdelaine Laudernet, Anne-Marie Bonneil, Marguerite Anato, puis, enfin, Françoise, Joseph, Jean Pierre et Toussaint qui portent le patronyme de leur mère. Et je ris, même si je ne devrais pas, lorsque je lis : «Un nommé Prêtaboire mort à l’hôpital de Kourou le 22 mars 1764». J’ai aussi découvert que le frère ainé de Félix Éboué (nom d’esclave d’origine Éboé) est décédé à Sinnamary en 1895 a l’âge de 20 ans. Il était instituteur. C’est toujours émouvant de se dire que le frère d’un homme illustre a pu instruire certains de mes ancêtres.

Au final, que retirez-vous de cette expérience  ?

J’ai retissé des liens avec des cousins perdus de vue. J’ai découvert d’autres cousins proches dont j’ignorais totalement l’existence avec qui je suis en contact et que j’espère rencontrer prochainement.

Vous ne connaissez pas la Guyane. Comment l’imaginez-vous  ?

J’imagine une contrée difficile, une porte d’entrée en Europe dans un zone pauvre. J’espère y aller avant la fin de l’année prochaine.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s